Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

texte

T507 - Fatal error.

T507 - Fatal error.

Sur un idée d'Oncle Dan. Soucieuse d’honorer dignement un lointain cousin, Provincial sanguin logeant en bord d’un vicinal chemin, La civile fleur des villes envers celui des champs En un geste véritablement charmant lui lança une invitation à un pot...

Lire la suite

T506 - Les petits boutons de Coq VI.

T506 - Les petits boutons de Coq VI.

Coq VI, d’une lignée sans noble fondement, un jour déclara : « Cela ne me convient pas, ne me convient vraiment pas.» et sur ce royal coup de tête décida d’en faire désormais à sa tête. Il avait appris les bonnes manières en une populaire volière Loin...

Lire la suite

T505 - Une histoire de cochons.

T505 - Une histoire de cochons.

Une histoire toute simple à trois personnages : Le discret mari, sa légitime – bien qu’ils ne soient passés par la mairie Lui débonnaire gras cochon, elle opulente truie de partout bien fournie Femelle sage n’ayant pourtant nul souci de porter corsage....

Lire la suite

T504 - Coup de blues

T504 - Coup de blues

Au mai joli, Fleur, jeune tendre et fragile sœur, Assurément ce n’est pas ce que tu fis de mieux : fleurir. Sur qui d’autre rejeter la lourde faute ? Sur toi, rien que sur toi, personne d’autre. Faut-il alors que tu t’étonnes d’en avoir par-dessus tête...

Lire la suite

T503 - L'air du grand large.

T503 - L'air du grand large.

Un jour, une chamelle, frustrée dans sa libido, s'en prit à son peu entreprenant chameau. Elle lui signifia amèrement et rageusement qu'elle en avait assez de son état défaillant. C'était en somme, un couple en désaccord par manque de corps-à-corps. "...

Lire la suite

T502 - Espèces trébuchantes.

T502 - Espèces trébuchantes.

Un ver qui tombe de haut sans surprise Immanquablement se brise. En principe, mais pas toujours. A ce petit récit, donnons libre cours. « Bel inconnu, veux-tu profiter de ma peau nue ? » Sur l’instant le ver en fut ému Ému de savoir que vieux et laid...

Lire la suite

498 – Contrarié.

498 – Contrarié.

Quand le rapace avide de bons plats passa Le jeune rat recta trépassa N’appréciant pas Pas plus que cela. Raide il est désormais. Raide à jamais, éternels regrets. Misérable pauvre petit ! N’accablez pas l’occis En reprochant au raton ses mauvaises fréquentations...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>