J'ai mal à mon pays.

Publié le par Petitalan

Place de la République, ce matin.

 

110124-N-002.JPG

Publié dans photo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> t inquiete mon ami ,j ai mal aussi a mon pays qui finira par une guerre civile si ca continue car tout a encore echoue hier au gouvernement,,,,,,,<br /> si c etait un ouvrier en usine ,,,,il y a longtemp qu il aurait ete vire ,,,mais voila nos politiques ,,,TOUT EST PERMI,,,<br /> enfin , on reprend les memes et on recommence<br /> <br /> tu vois l herbe n est pas plus verte ailleurs et nous avons aussi helas! , notre lot de belges sans abris,,,,,<br /> bisous a toi quand meme ,,,sonia<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> Dans un monde raisonnable et raisonné tout devrait se jouer dans le bulletin de vote qui devrait être orienteur et déterminant, mais voilà, souvent trop de désintérêt pour la chose publique.<br /> Mais, car il y a toujours des mais, les élus... que font-ils ensuite de ces bulletins...<br /> <br /> <br /> Bien à toi et bonne journée.<br /> <br /> <br /> <br />
O
<br /> Etonnant qu'il n'ai pas été chassé pour camping sauvage...<br /> Bonne journée :)<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> Envoyez les bulldozers !<br /> <br /> <br /> Oui c'est surprenant mais il y en a quelques uns d'épargnés. Sans doute pour pouvoir justifier une politique chasse-misère pas totalement répressive - devant ses murs, Habitat, le magasin, a fait<br /> poser des bornes anti-clodos pour qu'ils n'y gîtent pas ; les affaires sont les affaires.<br /> <br /> <br /> Celui-là ne se cache pas, bien en vue. Tu le chasses, il reviendra, ici ou ailleurs. Certains préfèrent cette solution aux nuits aléatoires dans les centres. Dans la journée, ainsi, ils sont<br /> "chez eux". Rude existence.<br /> <br /> <br /> Bien à toi. Et à eux.<br /> <br /> <br /> <br />
Y
<br /> Lorsque l'on parle de Paris, on ne voit toujours que le bon côté mais malheureusement on oublie tous ces sans-abris qui ne demandent qu'à être compris.<br /> Bonne soirée<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> Quand on en parle de plus ou moins loin on peut donner dans le cliché (il existe aussi), mais il suffit de parcourir les quartiers dits populaires - évidemment vers l'Ouest ça va beaucoup mieux,<br /> Passy survit.<br /> <br /> <br /> J'ai eu il y a une paire d'années toutes les tentes du Canal St Martin sous les yeux pendant un bon mois - les commerçants râlaient, ça nuisait aux affaires- , un bien triste spectacle.<br /> Qu'attendent-ils ? Qu'on leur parle surtout mais qu'espèrent-ils ?<br /> <br /> <br /> Bien à toi.<br /> <br /> <br /> <br />
T
<br /> et dire qu' il se sent mieux là que chez lui !<br /> bien à toi<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> Dans l'état où se trouvent tous ces migrants démunis, je me demande qu'elle est leur perception de ce "bonheur" évoqué ? Dormir semble la solution - très précaire et très provisoire<br /> parce que ce n'est pas ni une finalité ni une fin. Quel avenir pour eux ?<br /> <br /> <br /> Bien à toi.<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Liberté, Egalité, Fraternité qu'ils disent....<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> Ils le disent, oui mais pouvoir l'appliquer est une autre paire de manches. Individuellement, que faire, nous avons nos limites. Il y a tant de misère qui se replie sur Paris, à la recherche de<br /> quoi ? Paris, le cul-de-sac, après quoi ? J'habite dans le Xème où arrivent la plupart des émigrants. Ils errent ou attendent le top du passeur. Il y a quand même beaucoup d'organisations qui<br /> s'occupent d'eux (avec des volontaires dévoués) mais qui sont certainement débordées par l'afflux. Le problème du XXI ème siècle.<br /> <br /> <br /> Bien à toi.<br /> <br /> <br /> <br />