477 - Déplaisirs et plaisirs d’un sire.

Publié le par Petitalan

 

De la capiteuse et engageante reine-claude

certain roi voulut croquer dans la tendre peau

Pour mieux admirer le délicat mais caché joyau

Hélas ! Hélas ! Pas de pot pour les plaisirs royaux !

Sur un coup de dents exagérément tranchant

Sa majesté sur le noyau y laissa celle de devant.

 

Tout comme le commun, le roi n’est pas à la noce

Quand il tombe par surprise sur un os !

 

Douloureux évènement

Qui eut cependant un heureux avènement

Il y gagna une couronne et sur l‘heure

Se fit d’autorité nommer empereur.

 

Malheur et bonheur en partage

Font parfois étroit parentage.

 

T477-110201-N-002.JPG

Publié dans texte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
<br /> Je n'avais pas remarqué qu'il manquait une dent à notre empereur. C'est peut-être la raison pour laquelle on le voit un peu moins...<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> Penseis-tu à notre PPA (petit président agité) ? A force de mordre de tous côtés, c'est bien le risque qu'il court. <br /> <br /> <br /> Bien à toi l'Oncle D.<br /> <br /> <br /> <br />
T
<br /> je me souviens juste que les premiers seront les derniers, et vice versa, ce qui m' arrange !<br /> bien à toi<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> Oui, c'est une formule bien commode qui arrangea Poulidor en son temps. Il est en ce moment en Corse où il dédicace son bouquin "Le Poulidor".<br /> <br /> <br /> Bien à toi.<br /> <br /> <br /> <br />