T922 - La complainte du mille-pattes.

Publié le par Petitalan

922 - La complainte du mille-pattes.

 

Un mille-pattes à un mariage invité

N’y est jamais arrivé

Car il n’avait pas pu achever

De lacer tous ses souliers.

                        Lucie Spède (écrivain belge)

 

dr

 

« Je les ai entendus – et comment ! - geindre et se plaindre

Tous, de toutes tailles : la chèvre, l’éléphant, la girafe, le lièvre

Et dresser la liste de leurs soi-disant anomalies de constitution

Moi, le mille-pattes, dérisoire avorton, je souhaite aussi me faire entendre :

Ces braillards ont-ils pensé un instant à mes tourments ?

 

Je suis un de ceux qu’on n’écoute pas

De la famille des trop petits, trop discrets, bien trop modestes

Les négligeables piticlop… piticlop…

 

Peu leur importe la taille excessive de mes tiroirs à chaussettes

La dimension encombrante de mon placard à chaussures

Peu leur importe mes quotidiennes difficultés pour les caser

Le casse-tête pour convenablement les appareiller

Pour m’y retrouver judicieusement et rapidement dans les couleurs et pointures.

Moi aussi si vous le permettez,

dans les jérémiades, je peux devenir un authentique casse-pieds. »

 

Sortant du profond de son trou

Intervint son compère moins connu du public, le cent-cous :

« Cesse de nous les casser, les pieds. Tu as peut-être des problèmes avec tes savates

Mais songe aux miens avec le rangement des cravates. »

 

Quand ils en eurent fini

Chacun regagna son encombré logis.

 

Les délicats sont malheureux :

Rien ne sauroit les satisfaire.

                    J de La Fontaine

 

Publié dans textes de fantaisie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
remarque on comprend qu'on ait deux jambes quand on se tient debout, quatre quand on se tient couché, mais pourquoi 751 ?<br /> <br /> Mais bon, il ne faut pas poser la question aux serpents !<br /> Bien à toi !
Répondre