T918 - La grande affaire des monte-en-l'air.

Publié le par Petitalan

La grande affaire des monte-en l’air.

 

Alors la petite chèvre qui s’interrogeait de la jument s’approcha

et au creux de son oreille s’épancha :
« Sur un sujet délicat, je suis très curieuse de recueillir votre opinion,

car votre grande sagesse grandement nous apprécions

et sommes friands de vos conseils éclairés.

 

Savez-vous que la belle Agnès de l’âne est la maîtresse !

Dans leurs accouplements le mâle lance force retentissants « Hi han hi han »

Et lorsque l’ânesse n’en finit plus de ses « Ah ! oui… Ah ! oui… »

Tout autour c’est la débandade, chacun fuit.

 

A l’instant du relâchement pour assurer en ânons la descendance

Ne devrait-elle pas brailler « Ah ! non… Ah ! non… » de préférence ?

 

Dans cet exercice, sans en avoir été instruites, nous les biques

encourageons le bouc, oubliant jusqu’à son horrible odeur,

en rythmant ses vigoureux coups de boutoir par nos « Bê Bê ».

L’affaire est claire, ce sont des bébés chèvres que nous désirons.

Qui de nous a raison ? Votre avis, je vous en prie. 

 

- Faîtes les uns et les autres à votre guise et à vos aises.

Mais pourquoi donc à l’heure fulgurante du plaisir ne pas la boucler ?

Assurément, le voisinage aura tout à y gagner.

Je vous recommande donc à tous la plus grande discrétion dans la copulation.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
une affaire qui a agité le monde des baveux. Bon lundi, je t'espère en forme
Répondre
T
Mulet et bardot sont les produits des mélanges, dont on peut se dire que selon l' étalon, on reconnait l' original.<br /> Quand aux chèvres, elles n'ont pas la choix non mèèèèh<br /> Bonne semaine à toi<br /> Amitié
Répondre